10 février 2008

Naissance

Ma chère M.,

J’ai trouvé ce matin la grande enveloppe portant ton écriture, un peu pliée par le facteur qui peste toujours contre la toute petite fente de la boîte aux lettres. Pas moyen de lui faire comprendre que nous ne pouvons pas tout faire en même temps, que la fameuse boîte standard n’est pas envisageable, bref qu’il va devoir continuer de sonner lorsque le courrier est trop volumineux. Peu importe, froissée ou pas, l’enveloppe était là. Qu’elle est jolie cette photo, quel regard il  avait, déjà, ce tout-petit !  Pour ce que vaut mon avis, ce faire-part est parfait (tu remarques d’ailleurs que si l’on inverse les deux mots, c’est à peu près ce que ça donne...). Sobre, élégant sans être guindé, le noir et blanc toujours chic, un beau clair-obscur. Merci d’avoir pensé à moi…

J’espère que tu as plus chaud que moi. Ce soleil têtu voudrait donner une impression de douceur mais l’air reste désespérément froid et je grelotte sans désemparer !  Que sera-t-ce, mon dieu, lorsque je serai une vieille dame percluse d’arthrite ? Peut-être devrais-je dès à présent adopter l’un de ces châles douillets, en tricoter un peut-être, en prévision de ces jours où la chaleur de la jeunesse m’aura désertée ? J’aime l’idée d’un tel ouvrage, oublié dans le panier dès que les jours rallongent, futur compagnon de doux moments de lecture… Je dois vieillir, définitivement, pour avoir de telles envies alors même que le printemps frémit aux fenêtres !  La clarté revenue des matins m’emplit pourtant d’une belle énergie,  que le vent aigrelet fauche impitoyablement. Haut les cœurs, me diras-tu, le joli temps s’en vient, v’là  l’joli temps ! D’ailleurs il pointe au jardin ‑ si on peut appeler ainsi ces deux plates-bandes améliorées ‑ de vaillants perce-neige, comme un premier frémissement végétal, une paupière délicatement soulevée sur l'exubérance future. Ils m’émeuvent étrangement, ces petits souvenirs des jours d’enfance, et me soufflent d’aller guetter discrètement les autres signes du réveil. Il me vient des envies de bourrache piquante, de roses joufflues et froissées comme des jupons d'enfant, de romarin fleuri… Un chat noir vient nous rendre visite, parfois, sautant du mur moussu pour venir jusqu’à la fenêtre du petit salon narguer la reine de la maison qui balbutie son indignation, le menton tremblant, les moustaches électriques.  Il s’en retourne ensuite d’un pas tranquille, nimbé de sa toute-puissance de matou paysan, pas fâché tout de même d’avoir irrité la prétentieuse citadine.

La cloche de l’école va bientôt sonner, elle vibre déjà de l’impatience des petits qui savent que l’heure des mamans est proche. Je dois te quitter, donne-moi de vos nouvelles à ton retour.

Je t’embrasse affectueusement,

V.

Posté par lunemalo à 14:31 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Commentaires sur Naissance

    Merci, comme je suis flattée. Et la lettre, quelle jolie idée! Une lettre si bien écrite, comme j'aimerais en recevoir de temps en temps.

    Posté par marion, 13 février 2008 à 10:49 | | Répondre
  • un bijou épistolaire comme on n'en reçoit plus dans sa boite....mais qui reste un vrai plaisir à lire.

    surtt de te relire!!!!
    Tu veux que je tapes?? mon seul bémol, c'est la taille de l'écrture: l'âge est là et j'ai déjà le châle ))

    plein de bises

    Posté par silo, 13 février 2008 à 12:58 | | Répondre
  • Mince alors ! j'avais le même reproche à faire que Silo. Du coup, je n'ai plus rien à dire, marquise.

    Je pense aussi à Colette en te lisant... Comme j'attends la suite avec impatience !

    Recevoir une lettre reste parmi les bonheurs simples un des plus précieux à mes yeux. Et celle-ci, on l'imagine très bien sur un papier vergé couleur ivoire...

    Pour ma part, je viens juste de le recevoir, il y a quelques minutes, et - outre le choix du deuxième prénom qui m'a beaucoup amusée - je suis toute émue. Oui, il est parfait mais pas parfait-lisse mais parfaitement touchant.

    (Marion, si tu repasses par là, c'est à toi que je devrais dire ça !)

    Posté par telle, 13 février 2008 à 13:05 | | Répondre
  • oh oui quelle belle photo, ce petit doigt qui vérifie que c'est bien vivant…
    moi je surtout contente d'avoir retrouvé tes belles phrases par ici!!!

    Posté par sissi, 13 février 2008 à 14:08 | | Répondre
  • Mais voilà, c'est parfait...

    (moi aussi j'avais commencé on blog avec une naissance, en y repensant)

    Soigne-toi bien !

    Posté par telle, 13 février 2008 à 14:08 | | Répondre
  • Merci de me donner à nouveau le grand plaisir de vous lire... Je rejoins les avis évoqués ci-dessus : une lettre comme j'aimerais en recevoir (et en écrire... le temps, toujours le temps) dans ma boîte si normalisée, pour évoquer d'autres temps, le temps simple... La réponse, bientôt? Ou la suite?

    Posté par Flo du désert, 13 février 2008 à 15:47 | | Répondre
  • Une si belle cachoterie...
    Merci de nous en envoyer encore.

    Posté par michele, 13 février 2008 à 16:49 | | Répondre
  • Une pause entre deux images, deux prix, deux plans, deux coups de fil... Je découvre un chemin qu'il ne me semble pas connaître.

    Avant même d'approcher je pense que ce chemin creux a un bien joli nom.
    Des trous, des bosses, de l'herbe par endroit, un petit lac à un autre ; quelques rochers aussi à sa mesure...
    A l'imaginer, sans doute un chemin creux et sinueux ! Ce sera à chaque tournant la surprise d'un nouveau paysage.
    En le découvrant, la promesse d'un petit bout d'histoire à chaque missive.

    Merci de partager cette correspondance
    Je suis très (plus que) heureuse de te retrouver sur le bord de ce chemin.

    Posté par cielo moon, 13 février 2008 à 17:17 | | Répondre
  • Mon facteur, lui, aime bien sonner et nous dire bonjour lorsqu'une grosse enveloppe arrive chez nous...
    D'ailleurs, plus petite (et même plus grande) je rêvais d'être facteur. C'est si beau d'imaginer une lettre qui voyage et même si celle si a pas pris un autre chemin, elle est très belle.

    Posté par Rouge Nahsam, 13 février 2008 à 18:25 | | Répondre
  • Merci Valérie.

    Posté par Catherine, 13 février 2008 à 19:32 | | Répondre
  • ce p'tit chemin là me plait bien,moi l'inconditionnelle de Colette,un p'tit air qu'elle aurai bien conté...
    je vais y musarder souvent puisque j'y suis invitée!

    Posté par mademoiselleC, 13 février 2008 à 21:29 | | Répondre
  • qu'il est doux de te retrouver!!!! Je prendrai tous les jours volontiers ce petit chemin creux en sachant que tu m'attends au bout ....

    Posté par cris, 13 février 2008 à 22:07 | | Répondre
  • Quel bonheur de vous retrouver au fil des commentaires! Et quel magnifique texte!!

    Posté par the toi, 20 février 2008 à 21:37 | | Répondre
  • chouette… en route pour une nouvelle balade… je suis toujours partante sur les chemins creux, solaires ou lunaires… surtout quand ils sont décrits et si bien écrits… e la nave va…

    V.

    Posté par venezia, 21 février 2008 à 16:15 | | Répondre
Nouveau commentaire